Les visées philosophiques de la méditation

Publié par le 24 mars 2020 | 0 commentaires

Les visées philosophiques de la méditation
x
Bookmark

Les visées philosophiques de la méditation

Méditer est une œuvre philosophique de déploiement de la conscience. Son point de départ est l’intranquillité de l’être qui cherche une réponse satisfaisante à sa présence dans l’univers.
Cette quête de sens emprunte le chemin de la profondeur, l’inconnu en soi, le « connais-toi, toi-même».

 

La méditation est la voie de la connaissance de la réalité cachée derrières les écrans de l’esprit. L’exploration des univers inconnus exige l’écoute et la contemplation. Les grandes Traditions  ouvrent leurs secrets à celui et à celle qui cherche avec authenticité et persévérance.
Cependant, pour éviter le piège de la superficialité, l’étude sérieuse des enseignements proposés par une tradition spirituelle ou philosophique particulière est requis.
C’est l’ouverture et le dialogue qui protègent contre l’enfermement. 

La philosophie et la méditation partagent l’infini comme frontière.

 

Voici quatre motifs philosophiques de la méditation.

Premier motif La quête de l’origine des choses

«Connaître l’origine des choses est l’essence de la voie»
Lao Tseu

L’aventure intérieure est liée à la recherche de l’unité et du sens. Dans un même souffle, elle cherche l’origine des choses et tends vers l’avenir. La profondeur incarnée dans la vie simple au quotidien, qualifie bien l’attitude méditative philosophique.
La purification de la pensée passe par le feu alchimique. Ce feu transforme l’abstraction futile en subtile réalité. C’est toujours l’attention, tout comme dans la visée thérapeutique de la méditation qui permet ce travail.

La méditation est l’espace où la connaissance prend la forme de l’expérience vécue. Le raisonnement de l’intellect trop agité doit se taire pour entendre le Silence* .

L'alchimiste - This image identified by the The British Library.

L’alchimiste – This image identified by the The British Library.

Deuxième motifse mettre à l’école de l’Être

Se mettre à l’école de l’Être, demandent au moins trois attitudes fondamentales : la quiétude, le silence, et le consentement au mouvement intérieur supérieur qui dérange l’ordre établi des choses.

L’agitation d’un esprit dispersé empêche d’entendre le chant de cette source.

Que nous enseignent le silence et l’immobilité? Ceci : que la vie est mouvement et qu’être dans ce flux, c’est être vivant.

 

Troisième motifapprendre à se connaître en vérité

Apprendre à se connaître, c’est poser des questions : qui suis-je ?
Quelles sont mon origine et ma destinée ?
La réponse est unique à chacun.
La méditation est un processus de redéfinition identitaire. Cela demande de lever les voiles de nos multiples masques pour atteindre notre nature première.
C’est une occupation de tous les instant et le quotidien est notre maître. Cette tâche exige le courage de la persévérance. On voit bien ici, le lien de l’œuvre philosophique avec le travail thérapeutique de la méditation.

Alors, ne vous méprenez pas! Si vous rencontrez quelqu’un qui médite, prière de ne pas déranger. Il travaille!

 

Quatrième motif les deux grandes questions du sens de la vie

Quel est le sens de la vie? …
Il y a autant de réponses à cette question que d’hommes sur terre.
Et pourtant une seule réponse est valable pour tous :
celui qui a vraiment goûté à l’Être, sait une fois pour toutes,
que le sens de la vie humaine n’est rien d’autre
que de devenir le témoin du divin dans l’existence.
Voilà le sens de la vie de l’homme
!
Karlfried Graf Dürckheim

 

La Tradition philosophique inspirée de l’infini du  Silence

La méditation est l’espace privilégié pour approfondir ces deux grands thèmes de l’existence humaine que sont la vie et la mort.

Ce travail se réalise par l’extinction temporaire et répétée des activités extérieures comme intérieures. Si elle pratiquée avec sérieux, la méditation sera le chemin royal pour expérimenter la tension perpétuelle de la vie et de la mort.

La conscience aiguisée de l’impermanence de toute chose demande une assise solide à l’épreuve des assauts du moi qui ne veut pas disparaître.
Inspirés sont les méditants et les méditantes qui oseront aborder ce thème central. La Tradition philosophique inspirée de l’infini du  Silence* est un précieux recours dans le parcours de la pensée face à ces questionnements.

 

En conclusion — Écoute

Voilà une brève tentative de discernement de la méditation avec l’œuvre philosophique.

La visée philosophique de la méditation est une oeuvre alchimique exigeante. L’écoute précède la parole qui se fait de plus en plus rare. Méditer, nous l’avons compris à travers ces quatre motifs, ne consiste pas à s’emparer d’une connaissance extérieure, mais à apprendre à devenir ce que nous sommes déjà.

N’oubliez pas, que malgré ce découpage qui exigerait de nombreuses nuances, tout est relié comme une arabesque tissée finement de fils de lumière.

Se tenir présent à ce qui est, suffit.

* La majuscule indique qu’il ne s’agit pas du simple silence psychique.

Cet article est lié à : Les visées thérapeutiques de la méditation.

Je vous suggère également ces deux articles pour poursuivre votre réflexion :
Les origines et le but de la méditation

Les transformations silencieuses

Des témoignages vrais et inspirants : « Comme une tour au quatre vents»

Un livret philosophique et méditatif : « Cinquante-deux questions indiscrètes pour mieux se connaître»

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut