Les transformations silencieuses

Publié par le 17 juin 2019 | 4 commentaires

Les transformations silencieuses
x
Bookmark

Les transformations silencieuses

 

Sur le chemin spirituel, il ne faut rien chercher qui serait extraordinaire.
L’extraordinaire est dans la profondeur de l’ordinaire !
K.G. Dürckheim

 

L’attitude méditative

L’opposé de l’attitude méditative n’est pas l’action comme pourrait le prétendre une interprétation superficielle de la méditation. La différence ne se situe pas entre l’agir et le non-agir, mais dans l’attitude réceptive qui permet la perception intérieure des choses et des événements. Voyons comment nous pouvons participer à cette vie secrète qui bat en chacun et chacune de nous.

 

La vie secrète derrière l’apparence des choses

L’attitude méditative est une qualité de perception qui se différencie par son caractère intériorisé. Elle relève de l’attention même lorsqu’elle est dirigée vers l’extérieur. Elle est une conscience dirigée qui cherche les traces de ce qui est vivant au cœur même du quotidien. Une couleur propre, une texture particulière anime l’âme des êtres comme les choses, et c’est cela que l’attitude méditative cherche et retient : la vie secrète qui anime le tout. 

Par cette conduite, nous nous rendons disponibles à ce qui est vivant en deçà des apparences. Nous apprenons à être à l’écoute du mouvement premier qui entraîne les courants de la vie. 

Ce que la conscience ordinaire perçoit comme éphémère, la conscience méditative y voit un fil continu de courants appelés à une plus grande unité. Elle perce l’apparence de ce qui se présente à elle pour déceler les tendances invisibles habituellement fermées aux sens non raffinés et exposés aux assauts continuels du chaos extérieur.

 

Les transformations silencieuses

Cette attitude particulière est à l’écoute de la vie intime qui se déroule sous les multiples couches de l’existence. Elle permet de saisir les transformations silencieuses qui se déroulent dans le flux et le reflux de la Vie.

Derrière le hourvari du monde

se déroule une activité silencieuse

des forces antagonistes qui cherche l’équilibre.

Cette saisie est globale, mais pas nécessairement immédiate. Elle passe par les sens raffinés et l’intellect silencieux où la raison raisonnante est muette. Sa qualité est en étroite corrélation avec la fréquentation que nous avons du silence. Elle vient du silence des pensées et du corps et ensuite de la volonté propre. Ces trois niveaux de silence demandent l’abandon du moi existentiel qui lutte pour sa survie. Cet état de recueillement est le signe que la confiance fondamentale en l’Être-en-soi nous a fait surmonter la peur du monde et qu’il est possible d’entendre sa rumeur. Derrière le hourvari du monde se déroule une activité silencieuse des forces antagonistes qui cherche l’équilibre.

 

Le sens de l’anticipation

Cette écoute suspendue au silence des transformations silencieuses qui ne cessent de se dérouler dans le secret de la vie, donne le sens de l’anticipation et développe la vision pénétrante des choses et des êtres. 

La quiétude qui vient de la grâce du silence n’est pas une posture passive, loin de là, elle n’est pas non plus une absence d’action, mais une manière d’être inclusive aux mouvements intimes de la vie.

L’attention profonde dirigée vers cette vie intérieure en mouvance continuelle anticipe ce qui vient et même permet de participer à ce qui se prépare. Cette attention intercalaire est un acte de présence entre les transitions silencieuses en cours et l’avènement final de cette transformation. Dès lors, c’est possible non seulement d’être témoin de ces mutations, mais aussi dans une juste mesure d’influer sinon dans leur finalité, au moins dans leur développement.

 

L’attention, une conscience aimantée

L’attention est le fait d’être attentionné, c’est-à-dire de prendre soin, de prévenir, de voir aux petites choses et non pas seulement aux grandes. Elle est l’attribut de la conscience éveillée et reliée au tout. L’intimité est l’aimante de l’attention.

Lorsque nous sommes conscients du silence qui vit au centre de notre être, nous découvrons une énergie créatrice à l’œuvre. Participer à cette énergie donne l’élan vital qui manque alors que dans la conscience ordinaire nous sommes soumis à nos réactions impulsives face aux stimuli venant de toute part.

Ce silence intérieur est une véritable mine d’informations qui est précieuse pour évoluer au quotidien. À la fois, compas et boussole, la Sagesse qui a fait du Silence sa demeure nous guide vers notre but ultime parmi le chaos et l’effervescence du monde. 

Demeurer en silence permet de retrouver la stabilité manquante, sa fréquentation régulière devient alors une pierre d’assise sur laquelle nous pouvons nous reposer et compter comme une valeur sûre.

Lionel Sansoucy

Pour poursuivre votre réflexion :

Karlfried Graf Dürckheim, dans Le don de la grâce. Paris, Éditions du Rocher, 1992, 39 p., p. 177-178

Paul Tillich, La dimension oubliée, Desclée de Brouwer, 138 p.

Note supplémentaire : Lors de l’atelier Méditation thérapeutique du printemps 2019, nous avons abordé ce thème : Les transformations silencieuses. Plusieurs exercices étaient alors suggérés pour en faciliter la lecture . Un merci sincère à tout ceux et celles qui ont mis leur coeur dans cette démarche.

Print Friendly, PDF & Email

4 Commentaires

  1. Avatar

    Tellement vrai… mais dit de naniere gracieuse et poetique qui donne le gout d’en faire l’exoerience. Merci Lionel.

    • Lionel Sansoucy

      Merci pour ces mots Nancy,

      Puissiez-vous goûter à ce Silence qui comble et guérit.
      Lionel S.

  2. Constant

    J’ai probablement de la chance, merci à mon grand frère Michel. Depuis tout jeune j’ai l’habitude d’admirer la nature, et tout ce qu’elle nous offre. Le matin avant de faire quoi que ce soit, admirer le ciel, au lever du soleil, le soir lorsqu’il est étoilé. Le plus souvent possible prendre conscience de notre petitesse dans l’Univers, mais aussi de notre importance, des uns envers les autres.

    Réaliser que je fais partie de ce cosmos, du grand laboratoire de la vie, celui qui crée l’équilibre à partir du déséquilibre, l’harmonie à partir du chaos ; que c’est de notre responsabilité d’en prendre conscience. Prendre conscience également que cette puissance infinie est partout : non seulement autour de nous, sur la Terre et dans l’Univers, mais également en nous ; que nous avons été créés à partir de cet univers cosmique.

    Je crois sincèrement que la confiance et le respect de soi et des autres commencent par un exercice d’humilité devant une telle vérité, un tel mystère. Mystère qu’il vaut mieux vivre qu’analyser, et ce à tout instant de notre existence.
    L’observation et le recueillement devant la beauté de la Vie, voilà un exercice que je recommande à quiconque cherche la quiétude.

    Merci monsieur Sansoucy, car c’est votre article qui m’a inspiré ce rappel, ce commentaire.

  3. Avatar

    Ce silence intérieur est une véritable mine d’informations qui est précieuse pour évoluer au quotidien. C’est justement ce que je ressens. Merci Lionel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut