Avez-vous confiance ?

Publié par le 5 juin 2015 | 0 commentaires

Avez-vous confiance ?
x
Bookmark

Anxiété ou confiance ?

 

L’Éternel garde les simples;

J’étais affaibli, et il m’a sauvé.

Mon âme, retourne à ton repos,

Car l’Éternel t’a fait du bien. Ps 116, 6-7

 

 

Ce passage du Psaume 116 suggère que  « Je peux maintenant me détendre, car le Seigneur prend soin de moi » — faire confiance à Dieu chasse l’inquiétude.

La prière du simple, la prière simple n’a quelques fois que le souffle ténu pour dire Aide-moi ! — Soutiens-moi ! et inviter l’Éternel à nous faire du bien. Une âme inquiète, tourmentée n’est pas tournée vers l’infini, mais vers la contingence du moment, les jeux de l’intellect, les peurs.

C’est pourquoi la sagesse biblique nous dit : Confie-toi en l’Éternel de tout ton cœur, et ne t’appuie pas sur ton intelligence. (Proverbes 3.5)  Car : La paix de l’esprit favorise la santé, mais la jalousie est la carie des os. (Proverbes 14.30)

Nous prenons soin de notre corps et de ce que nous mangeons, mais prenons-nous garde à ce qui nous mange et peut-être même nous ronge jusqu’aux os (« nos » inquiétudes – « nos » tourments – « nos » malheurs) ? L’être humain a cette fâcheuse tendance à s’approprier les objets qu’il rencontre et à les faire siens. Ainsi alourdi par tout ce qu’il accumule, il peine à avancer dans sa vie et particulièrement dans la réalisation de sa vie spirituelle.

Comment cependant parvenir à la confiance fondamentale ? Comment bâtir sur le roc ? (Matthieu 7.24)  La méditation est l’une des voies possibles. Plus précisément, la pratique de la conscience différenciée, où l’on fait l’expérience que nous ne sommes pas nos émotions, ni nos pensées ou nos désirs, mais un centre de pure conscience qui n’est pas affecté par les turbulences du moment.

L’allègement et la sortie de l’enfermement qui en résultent est la contemplation. Nous contemplons alors ces sentiments, ces idées, ces émotions, ces désirs afin de cesser de leur donner prise sur notre psyché et notre âme. Ainsi, elles retournent là d’où elles viennent, c’est-à-dire au néant.

Alors, si vous le voulez bien, laissons de côté pour un moment nos inquiétudes et nos préoccupations pour la durée de cette période silence. Dans ce repos, ce qui était désuni se réunit de nouveau, et notre corps avec notre esprit réapprend la confiance fondamentale.

— La pratique : Nous débuterons avec une centration guidée, suivie de la période de méditation et ensuite le retour avec échanges.

Lionel Sansoucy

Texte de la rencontre du 24 avril 2012

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut