Apprendre à méditer II – Comment se préparer à méditer

Publié par le 27 mars 2020 | 1 commentaire

Apprendre à méditer II – Comment se préparer à méditer
x
Bookmark

Bien préparer sa période de méditation est essentiel.

Respectez le rituel de passage

Un des motifs d’abandon, sinon le premier motif, est d’ignorer que la pratique méditative est un rituel de passage. Ce rite quotidien implique de passer de l’extérieur à l’intérieur. Prenons l’exemple où nous entrons à la maison. Habituellement nous enlevons nos vêtements de sortie ( bottes, manteau, etc.,) avant de nous installer dans notre fauteuil préféré. Il ne nous viendrait pas à l’idée de garder notre imperméable pour s’asseoir à la table et commencer le repas. Avant tout, on se lave les mains, on prépare les couverts, sans compter beaucoup d’autres petits gestes qui composent la période du repas.

C’est le même scénario avec la méditation. Nous devons prendre le temps de nous déposer, de diminuer les tensions accumulées au cours de la journée et se donner l’espace pour «se retrouver».

La préparation est aussi importante que la période de méditation. La sortie de méditation importe autant que la préparation et la période de méditation.
L’attitude méditative quotidienne est la gardienne des trois. 

Négliger l’un ou l’autre de ces aspects appauvrit l’expérience de méditation, mais c’est aussi le reflet de la façon dont nous sommes en relation avec nous-même et avec les autres.

S’accorder un temps de transition entre les activités courantes et la période de méditation permet une entrée en douceur dans le silence et facilite l’immobilité. Nous pouvons considérer ce préambule comme la première partie de la méditation.

 

Pour passer du dehors au-dedans

Voici quelques suggestions de transition : 

⇒ Prendre quelques minutes pour faire des exercices physiques lents et des étirements afin de  chasser les tensions physiques et préparer le corps à la période d’immobilité. La marche lente, le yoga, le Taï Chi ou le Qi Gong sont des moyens appropriés.

⇒ C’est le moment d’effectuer un balayage corporel. Ce terme signifie prendre conscience de l’ensemble des tensions corporelles qui agissent en nous. Il s’agit de passer en revue l’état de nos tensions et de nos sensations en partant des pieds jusqu’à la tête tout en incluant les pensées et les émotions du moment. Pour les débutants, plusieurs variantes de cette pratique sont offertes sur CD.

⇒ La respiration est centrale dans la méditation. Elle tonifie les systèmes physiologiques, renforce le système immunitaire, aide à calmer l’anxiété et l’agitation. Pour cela, inspirez consciemment et expirez longuement. Laisser votre respiration se déposer naturellement. Suivez votre rythme. Entrez dans le silence. D’autres articles traiteront de ce point.

⇒ L’audition d’une pièce musicale apaisante peut aider à entrer dans l’atmosphère méditative, mais n’en faites pas une obligation.

Prenez votre temps ! Vous n’en tirerez que des bénéfices.

 

⇒ Pour signaler la fin de la séance de méditation, l’utilisation d’un cadran avec une sonnerie assourdie et réglée sur la durée désirée permet de se consacrer pleinement à la période de méditation. Il y a aussi une variété de sabliers virtuels sur le web. Vous trouverez les adresses à la page Documentation.

⇒ Protégez l’espace et le temps de méditation

⇒ Choisissez un endroit calme, à votre lieu de travail ou chez vous. À cet égard, je vous recommande de privilégier le même endroit pour faciliter ce rendez-vous intime, un lieu qui deviendra votre « espace méditation », votre refuge en quelque sorte.

Choisir un endroit paisible et une période de tranquillité sont pour certains la révélation d’un manque d’espace personnel et de temps pour soi. Une difficile prise de conscience qui indique comme on est privé de la relation véritable avec soi-même. Si c’est votre cas, ne vous découragez pas et travaillez à récupérer le temps et l’espace dont vous avez besoin. Affirmer ce besoin de base est vital.

⇒ Optez pour des périodes de tranquillité où vous n’êtes pas sollicité.

⇒ Refusez toute intrusion dans cet espace-temps qui est le vôtre.

⇒ Résistez au réflexe de répondre à cet appel « si important » ou d’interrompre votre séance pour cette tâche qui apparaît soudainement si urgente.

 Persévérez pour la durée que vous vous êtes fixée.

 

Et maintenant, si vous le voulez bien, un peu de pratique…

 

Poursuivre avec : Apprendre à méditer III – La période de méditation

 

 

Print Friendly, PDF & Email

1 Commentaire

  1. Avatar

    J’ai jamais pensé à mettre un cadran pour signifier la fin de la méditation. Je me suis toujours laissée aller à la fin de mon besoin de méditer. Mais d’encadrer la fin me sera sûrement bénéfique, car comme vous l’expliquez, on peut ainsi se consacrer pleinement à la méditation. Merci de la suggestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut