Vous êtes la lumière du monde III

Publié par le 4 juin 2015 | 0 commentaires

Vous êtes la lumière du monde III
x
Bookmark

La bonté

 

Ce texte est repris de l’enseignement du 10 mars 2015 à Longueuil

 

 

Il arrive parfois qu’une rencontre bouleverse notre univers tranquille et bien ordonné. Quelqu’un a percé le mur d’indifférence que nous avons élevé en nous et autour de nous et cela de manière quasi inconsciente.

Un regard suffit, une présence attentive et patiente alors que l’agitation règne en maître aux alentours, et subitement nous sommes transportés dans un autre univers fait de silence et d’un je ne sais quoi qui provoque en nous un frémissement qui oscille entre le sentiment d’être en présence de quelque chose d’indéfinissable et de bon et un malaise qui ressemble à une gêne inexpliquée.

Une lumière différente vient percer ce qui était opaque pour un moment, et la nostalgie d’un autre monde, d’une réalité autre prolonge ce moment. Notre âme se souvient ! Elle nous rappelle, en venant frapper au centre de notre être, que nous appartenons aussi à la dimension divine.

Vous vous demandez peut-être : Quel est le lien avec la méditation ?

La réponse est que la méditation a un lien à la fois direct et indirect avec ce qui vient d’être dit.

Le lien direct est que méditer, qui est une action dirigée, est aussi une prière qui conduit le méditant et la méditante au centre de l’être. Plus près du centre, plus transparente est la vie divine en nous. Et cette vie divine se manifeste par la bonté et la justice, qui ne sont pas des produits de l’œuvre humaine.

L’âme ne connaît pas de frontières. Animée par la Lumière divine, elle revitalise la présence humaine. Là où l’isolement règne, la Présence comble; là où l’injustice écrase, la Justice relève. Le découragement cède la place à l’espoir et au courage nouveau.

La bonté ne sait que donner et se donner. Elle est don pur au point qu’elle n’a pas conscience d’elle-même. Elle est, et cela lui suffit. C’est une manière de nommer l’œuvre de l’Esprit saint.

La méditation est ce chemin et ces fruits en même temps. Méditer, c’est quitter ses frontières et ses sécurités, toutes plus illusoires les unes que les autres, et recevoir cette bonté non pas pour la garder — elle mourrait d’inanition — mais pour la faire fructifier selon ses talents et ses dons pour la rediriger vers l’autre, c’est-à-dire celui qu’on appelle le prochain, celle qui est comme soi-même. C’est là le lien direct avec la méditation.

Le lien indirect est qu’il ne faut pas forcer mais, avec simplicité, aller à la rencontre de l’autre, de la vie, des situations, en toute transparence. Laisser l’Être être l’Être. Nul besoin de faire quelque chose; il s’agit d’être présent avec l’intégrité que le moment exige, laisser le silence habité remplir le silence vide. C’est dans le moment présent, lorsque l’on se tient sous la Lumière de l’Éternel, que l’action devient juste et le discernement possible.

Se tenir et marcher sous la lumière de l’Éternel, c’est vivre l’expérience de la bonté divine, agir selon sa justice et se maintenir dans sa vérité (Ép. 5, 8-14).

Plus un être est présent à la Présence, plus cette Présence le devance et l’enveloppe. Il s’agit de devenir transparent à la Lumière pour que le frémissement rende vivant ce qui était mort.

Amen.

Lionel Sansoucy

 

Poursuivre avec : Vous êtes la lumière du monde IV. La justice

 

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.

Retour en haut